«

»

Rendez-vous à la Vallée de la Mort (Death Valley NP)

 

Un nouveau jour se lève sur Las Vegas. On prend une nouvelle fois notre temps pour profiter au maximum de notre chambre et de sa vue somptueuse. Il est cependant temps, hélas, de la quitter ! Après quelques petites emplettes au Miracle Mile shop, on se prépare à un nouveau repas gargantuesque. Cette fois-ci, c’est celui de l’Aria que l’on a choisi (merci mlife ,-)). Le choix des plats est moins grand, mais les mets proposés sont plus raffinés. C’est donc difficile de dire quel buffet on a préféré.

 

Direction la Vallée de La Mort (Death Valley NP)

 

 

Il est temps à présent de quitter Las vegas et ses artifices, pour retrouver un peu de « wilderness ». Les grands espaces sauvages américains commencent grandement à nous manquer. On devrait être servi aujourd’hui car c’est à la découverte du parc national américain le plus vaste (hors Alaska), le plus désertique et le plus aride que l’on part. Il s’agit bien sur de : Death Valley NP ( dit la Vallée de la Mort).

On a choisi de s’y rendre en fin d’après-midi afin d’éviter un peu la chaleur écrasante qui souvent y règne.

Après deux heures de route où l’on a vu d’immenses plaines désertiques défiler, on franchi enfin la barrière du National Park.

 

 

Dante’s view : une vue spectaculaire

 

 

On emprunte ensuite une longue route sinueuse qui s’élève à travers le désert. Une fois en haut, on a juste quelques pas à faire pour arriver à un magnifique point de vue. C’est en effet un impressionnant panorama qui se dresse tout juste devant nous. C’est toute la vallée de la mort que l’on surplombe.

On aperçoit la mer de sel de Badwater et ses ramifications ressemblant à des rivières de sel.

 

 

Dante's view à Death Valley dans le Nevada

 

 

 

On tourne la tête et c’est toute une succession de collines que l’on aperçoit.

 

 

Dante's view à Death Valley dans le Nevada

 

 

Encore une fois, on serait resté plus longtemps à contempler le paysage, mais d’autres merveilles nous attendent !

 

 

Zabriskie Point : l’extraordinaire travail de l’érosion

 

 

Au fur et à mesure que l’on redescend en altitude, la température grimpe en flèche. On arrive aux alentours de 42° lorsque l’on se gare au parking de Zabriskie Point. Une très courte marche nous permet d’accéder au point de vue. Magali semble plutôt bien supporter la chaleur, moi beaucoup moins. Je me sens très lourde lors de la très courte marche permettant l’accès au point de vue. Une fois sur place, la chaleur est cependant bien vite oubliée. La multitude de petits canyons ciselés patiemment par l’érosion est surprenante.

 

 

 

Les couleurs sont multiples : tantôt jaunes-orangées et tantôt plus foncées.

 

 

 

 

Encore une fois, on est subjugué.

Ce n’est qu’une fois à la voiture qu’on se rend compte à quel point on a eu chaud !

 

 

Devil’s Golf Course : paysages de sable et de sel séchés

 

 

 

On se remet en route direction « le terrain de golf du Diable ( Devil’s Golf Course). Le nom donne envie ! Ce lieu a été nommé ainsi en 1934 car « Only the devil could play golf on such rough links ». On fait quelques pas pour se retrouver au milieu de formations constituées de sel et de boue séchée.

 

 

Devil's Golf Course à Death Valley en Californie

 

 

Ces formations arides s’étendent à perte de vue sans aucune trace de végétation aux alentours.

 

 

Devil's Golf Course à Death Valley en Californie

 

 

Badwater : une plongée sous le niveau de la mer

 

 

Quelques miles de plus, nous mènerons à Badwater. Il s’agit de cette fameuse mer de sel que l’on a admiré d’en haut tout à l’heure. Elle est tout aussi impressionnante de près.

 

 

Badwater à Death Valley en Californie

 

 

 

On s’amuse à regarder nos ombres très élancées sur cette mer de sel.

 

 

Badwater à Death Valley en Californie

 

 

 

On est surprises d’apercevoir une marre d’eau dans ce paysage aride saupoudré de sel.

 

 

Badwater à Death Valley en Californie

 

 

 

Une nouvelle fois, l’ouest américain nous offre un paysage s’étendant à l’infinie.

 

 

Badwater à Death Valley en Californie

 

 

On fait une photo souvenir devant le panneau nous indiquant qu’on se trouve à 855 mètres (282 feet) sous le niveau de la mer !

 

 

 

 

Un panneau sur les rochers environnant, nous indique où est situé ce niveau.

 

 

Badwater à Death Valley en Californie

 

 

On se rend compte à quel point on est bas !

 

 

Artist’s Drive : la magnifique Palette de l’artiste (Artist’s palette)

 

 

Notre visite de Death Valley touche déjà hélas presque à sa fin. Il nous reste cependant à découvrir le lieu d’Artist’s Palette. Nous avions vu des photos et elles nous avaient donné hâte de découvrir l’endroit.

Pour cela, nous empruntons l’Artist’s Drive, une piste à sens unique d’où on aperçoit encore au loin la mer de sel.

 

 

 

Artist's Drive à Death Valley en Californie

 

 

 

Une fois de plus, le long travail de l’érosion fait par la nature est vraiment très beau.

 

 

 

 

 

La palette de l’Artiste est très riche puisque c’est à un véritable défilé de couleur sur les roches auquel nos yeux assistent.

 

 

 

 

C’est juste dommage que comme c’est la fin de la journée, certains endroits se retrouvent déjà dans l’ombre.

 

 

 

 

 

Heureusement par endroit, le coucher de soleil vient réchauffer quelques couleurs.

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous quittons Artist‘s Drive, et roulons un long moment dans la parc pour arriver à sa sortie. On prendra ensuite un peu d’altitude pour passer une très bonne nuit à Bishop.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>